Centre

d'Oncologie

de Gentilly

Combattre

Optimiser

Gagner

Combattre

Optimiser

Gagner

L'hormonothérapie

La multiplication de certains types de cellules malignes est dépendante des hormones. Il s'agit notamment des cancers du sein, de la prostate et de certains cancers gynécologiques.

L'hormonothérapie consistera à bloquer les hormones de l'organisme pour éviter qu'elles stimulent les cellules cancereuses.

Modalités

Soit il s'agit de bloquer l'action des hormones au niveau des tumeurs, comme c'est le cas avec le tamoxifène, et les antiandrogènes dits "périphériques". Soit il s'agit de bloquer la sécrétion d'hormones par les ovaires ou les testicules. Dans ce cas, on peut procéder à une radiothérapie des ovaires, ou à une chirurgie retirant les ovaires (ovariectomie) ou une partie des testicules (pulpectomie).

On peut également procéder au blocage de la sécrétion par l'injection de médicaments par voie sous-cutanée (analogues de la LH-RH). Enfin, et c'est un nouveau mode d'action, on peut bloquer les hormones en empêchant leur transformation dans l'organisme (famille des anti-aromatases). Ceci est pour l'instant appliqué au cancer du sein chez les personnes ménopausées. Parfois, on peut également faire appel à de la progestérone comme hormonothérapie.

Indications

L'hormonothérapie dans le cancer du sein est indiquée lorsque les cellules cancéreuses contiennent les récepteurs aux hormones. Dans le cancer de la prostate, l'hormonothérapie est indiquée lorsqu'il existe une progression biologique du PSA malgré les traitements locaux bien conduits ou lorsque la maladie atteint d’autres organes comme les os ou les ganglions.

Effets secondaires

Les hormonothérapies sont en général bien tolérées.

Néanmoins, l'hormonothérapie pour le cancer de la prostate est souvent associée à une impuissance et à des bouffées de chaleur.

Le tamoxifène (médicament utilisé comme hormonothérapie) peut quant à lui entraîner, des bouffées de chaleur et une augmentation des risques de thrombose (caillot de sang dans les veines).

Dans certaines situations, le tamoxifène peut être associé à une augmentation du risque de cancer de l’endomètre. Une surveillance annuelle par échographie pelvienne est requise.

Les anti-aromatases peuvent être responsables de douleurs ostéo-articulaires et d'une diminution de la minéralisation osseuse.

A LA UNE

Retour à l'accueil