Centre

d'Oncologie

de Gentilly

Combattre

Optimiser

Gagner

Combattre

Optimiser

Gagner

La chimiothérapie

La chimiothérapie a une action générale sur la maladie quelle que soit sa localisation dans votre corps. Le choix des produits, leur nombre, et leur rythme d’administration dépendent du type de cancer et du stade de votre maladie. Chaque cancer a des caractéristiques tumorales distinctes qui influenceront sur le choix précis de votre traitement.

Comment agit-elle ?

La chimiothérapie a pour objectif de combattre l’évolution et la prolifération des cellules tumorales. Nous distinguons 2 catégories de chimiothérapies, les chimiothérapies « traditionnelles » et les thérapies ciblées. Chacun de ces traitements peut être administré par voie intra-veineuse ou par la bouche (traitement per os).

Les chimiothérapies « traditionnelles » agissent sur les cellules à renouvellement (trop) rapide, une caractéristique très courante des cancers. Elles peuvent être responsables d’effets secondaires sur les autres cellules qui se multiplient naturellement vite (globules blancs, globules rouges, moelle osseuse, peau, muqueuses, ongles et cheveux, …).

Les thérapies ciblées « ciblent » les cellules cancéreuses. Même si la cible semble mieux définie, ces molécules sont aussi responsables d’effets secondaires divers, car ces fameuses cibles sont présentes à l’état naturel dans certains organes (peau et muqueuses, système cardio-vasculaires, … ).

Quand pratique-t-on la chimiothérapie ?

Avant une intervention chirurgicale, on parle alors de chimiothérapie néo-adjuvante. Elle permet de diminuer la taille de la tumeur facilitant ainsi le traitement local.

Après une intervention, une chimiothérapie adjuvante est proposée pour réduire les risques de développement de métastases et de récidive.

Un essai thérapeutique peut être réalisé pour évaluer si un traitement différent du traitement standard peut être bénéfique.

Comment la chimiothérapie est-elle administrée ?

La plupart des traitements de chimiothérapie sont injectés par voie intraveineuse. Certains médicaments peuvent être administrés par voie orale, ou par injection intramusculaire, ou sous-cutanée.

Dans la mesure où certains produits sont irritants pour les veines des bras, on utilise régulièrement une chambre implantable (ou cathéter). Ce dispositif comprend un réservoir sous la peau, placé au niveau thoracique haut, à droite ou à gauche et une tubulure raccordant le réservoir à une grosse veine proche du coeur. La pose du cathéter se déroule en ambulatoire et sous anesthésie locale.

Avant chaque utilisation du cathéter, nous vous conseillons d’appliquer une crème anesthésiante « EMLA » pour endormir la peau et éliminer la gène au moment du branchement du dispositif. Votre médecin vous fournira une ordonnance spécifique à ce produit.

Une cure de chimiothérapie dure un à plusieurs jours, elle est séparée de la cure suivante par un intervalle libre de 1 à 4 semaines. Le nombre de cures, leur rythme et la durée sont déterminés par votre médecin et sont adaptés à votre maladie. La secrétaire vous marquera toutes les dates des traitements sur votre carton de rendez-vous, qu’il sera important de rapporter à chaque consultation.

Si vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez consulter le document 'L'accès veineux central en pratique', en cliquant sur ce lien.

En complément, vous pouvez consulter le document de la Ligue contre le Cancer et de l'INCA, intitulé 'Comprendre la chimiothérapie', en cliquant sur ce lien, ainsi que le document de la Ligue contre le Cancer, intitulé 'Mieux vivre sa chimiothérapie', en cliquant sur ce lien.

Thérapie ciblée

La vidéo ci-dessous vous explique comment sont traités certains cancers du poumon par thérapie ciblée.


L'Education Thérapeutique ou ETP

Grâce a cette vidéo ci-dessous, vous pourrez apprendre tout ce que peut vous apporter l'éducation thérapeutique.


COG

Les effets secondaires de la chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement général qui a pour objectif de détruire les cellules cancéreuses qui sont des cellules en prolifération. Mais des cellules normales de l’organisme sont elles aussi en prolifération et c'est ce qui provoque les effets secondaires. Néanmoins, ces troubles sont transitoires et vous récupérerez à l’arrêt du traitement. Votre médecin vous verra avant chaque cure pour évaluer les effets secondaires.

Nausées et vomissements

Ils ne sont pas systématiques et un (ou plusieurs) traitement anti-nauséeux seront proposés à titre préventif pour empêcher leur apparition.

Cheveux et ongles

La chute des cheveux (ou alopécie) dépend du protocole de chimiothérapie. Dans certaines situations, le port d’un casque hypothermique peut prévenir la chute des cheveux.

Certaines chimiothérapies peuvent rendre les ongles cassants, striés ou colorés, à l’issue du traitement ils redeviendront normaux. Un vernis protecteur vous sera proposé, ainsi que le port de gants réfrigérés.

Pour des conseils plus adaptés, vous pouvez rencontrer notre socio-esthéticienne et nos infirmières de coordination.

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter le document de l'INCA intitulé 'Traitements des cancers et chute des cheveux', en cliquant sur ce lien.

Les muqueuses

La chimiothérapie peut entraîner une inflammation et des brûlures de la bouche et de la gorge appelés aphtes. Elle peut favoriser, dans quelques cas, les infections à champignons appelées mycoses. La langue peut être blanche ou surchargée, ou avoir un aspect rouge vif. Il sera nécessaire de faire régulièrement des bains de bouche, plusieurs fois par jour, pour éviter ces désagréments.

Si vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez consulter le document 'Les Mucites', en cliquant sur ce lien.

Troubles intestinaux

Les effets du traitement sont variables, certaines chimiothérapies peuvent entraîner des diarrhées, d’autres médicaments, comme les anti-nauséeux, une constipation.

Si vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez consulter le document 'La diarrhée liée... à la chimiothérapie', en cliquant sur ce lien.

Troubles sanguins

La chimiothérapie fait baisser de manière plus ou moins importante les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes. Cette diminution dépend des produits et des doses utilisées. Cette baisse est surveillée par des prises de sang régulières. Des médicaments stimulants la production des globules blancs ou des globules rouges sont prescrits dans certains cas.

Si vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez consulter le document 'Comprendre les résultats des analyses de sang', en cliquant sur ce lien.

Fièvre sous chimiothérapie

Pour toute apparition de signe infectieux (fièvre à 38,5 ou fièvre à 38,2 2 heures de suite sans prise de paracetamol ou frissons), il est recommandé de réaliser un bilan sanguin et de consulter votre médecin généraliste. Votre médecin vous apportera des informations précises concernant la conduite à tenir face à l’apparition d’une fièvre.

Troubles gynécologiques

La chimiothérapie peut entraîner chez les femmes non ménopausées, une irrégularité des règles et même leur arrêt. La réapparition des règles dépend de l’âge.

Troubles cutanés

Pendant le traitement, l’ensemble du corps est souvent très sec, vous pouvez utiliser des produits hydratants. De plus, d’autres troubles cutanés peuvent survenir tels que : rougeur, éruption, trouble de la pigmentation.

Troubles neurologiques

Certains produits tels que le cisplatine, l'oxaliplatine, le paclitaxel, et le docétaxel, peuvent entraîner des sensations de fourmillements dans les mains et les pieds, ou bien des sensations de froid. La survenue de ces troubles doit être mentionnée au médecin.

Soins dentaires

Nous vous recommandons de réaliser un bilan dentaire avant de commencer votre traitement et de poursuivre un suivi régulier. Certains médicaments qui renforcent la structure osseuse (ZOMETA, XGEVA, …) ne pourrons commencer qu’une fois les soins dentaires effectués.

Dans tous les cas il faut signaler l’un ou l’autre de ces symptômes à votre médecin lors de la consultation pré-chimiothérapique.

Afin de mieux suivre vos effets secondaires, nous vous proposons de les noter soit sur un papier libre soit via l’application iChemodiary. Cela permettra à votre oncologue de faire la synthèse et de mieux adapter vos traitements.

Retour à l'accueil